Vers la mi- année 2016, Ghana possédait une population de 28,2 millions d'habitants. La croissance démographique annuelle était de 2,2% et 38,8% des habitants avaient moins de 15 ans. Grâce à ses performances solides dans les domaines de l'éducation et de la santé, le Ghana progresse et s'apprête à réaliser un dividende démographique. Toutefois, le taux de fécondité synthétique national, soit le nombre moyen d'enfants par femme au cours de sa vie, demeure élevé. Le taux de fécondité synthétique avait passé de 5,6 enfants par femme en 1990 à 4,3 en 2015. Au Ghana, peu de progrès avait été fait en matière d'utilisation de méthodes contraceptives et de réduction des taux de fécondité durant les 16 années qui se sont écoulées entre l'étude démographique et de santé de 1998 et celle de 2014. En 1998, le taux de prévalence contraceptive parmi les femmes en union au Ghana était de 22% avant d'augmenter légèrement à 27% en 2014.

Les pyramides des âges peuvent servir à montrer l'évolution de la structure par âge de la population au fil du temps. Nous pouvons voir ici que la structure par âge de la population ghanéenne commence à effectuer une transition vers des âges plus avancés.

Les bases larges des pyramides « Ghana 1970 » et « Ghana 1990 » représentent un grand nombre d’enfants par rapport à la population en âge de travailler.  La pyramide intitulée « Ghana 2010 » présente une base qui commence à rétrécir au niveau des âges les plus jeunes, indiquant ainsi les prémices du déclin de la fécondité.  La pyramide « Ghana 2030 » est la projection de la structure par âge de la population ghanéenne par les Nations Unies si le taux de fécondité continue de baisser progressivement.  Elle part du principe que d’ici 2030, le taux de fécondité déclinera pour atteindre une moyenne de 3,4 enfants par femme.  La pyramide « Ghana 2030 » montre une population en âge de travailler plus importante que celle existant à l’heure actuelle par rapport au nombre d’enfants à charge et de personnes âgées. La pyramide « Ghana 2050 » montre que d’ici 2050 cette évolution sera encore plus marquée.

Œuvrer pour un dividende démographique au Ghana

Les progrès réalisés dans l’enseignement primaire, aussi bien pour les garçons que pour les filles, constituent une des avancées les plus notables recensées au Ghana. Si le Ghana continue sur sa lancée en matière de scolarisation des enfants, en particulier au niveau secondaire, il lui sera possible de produire une main d’œuvre bien éduquée prête à contribuer au développement du pays.  Des investissements substantiels en matière de santé de la reproduction et de planification familiale sont nécessaires pour que les taux de fécondité continuent de baisser. Grâce aux investissements supplémentaires réalisés dans les domaines de la planification familiale, de la santé et de l’éducation et aux initiatives économiques facilitant la création d’emplois, le Ghana peut éventuellement connaître une croissance économique rapide connue sous le terme de dividende démographique.  Parmi les travaux entrepris dans ce domaine au Ghana figurent les initiatives suivantes :

  • Une formation destinée aux médias sur le dividende démographique a été organisée en 2013.
  • Des travaux de recherche ont été réalisés sur le potentiel du dividende démographique au Ghana, notamment un article présenté à la réunion de l’Union des experts africains en sciences démographiques (UAPS) de 2015 et une étude de recherche fondée sur l’approche des comptes de transferts nationaux.
  • Le Conseil national de la population au Ghana a rédigé un document de politique sur le dividende démographique et organisé un atelier national sur ce sujet.

Les Sources

Population Reference Bureau, 2015 World Population Data Sheet, (Washington, DC: Population Reference Bureau, 2015).

United Nations, Department of Economic and Social Affairs, Population Division (2015). World Population Prospects: The 2015 Revision, (New York: United Nations, 2015) custom data acquired via website

World Bank Group. (2016) World DataBank. Retrieved from http://databank.worldbank.org/data/home.aspx

Education statistics were taken from the most recent Demographic and Health Survey for each country.

World Bank Group. (2014) Worldwide Governance Indicators. Retrieved from http://info.worldbank.org/governance/wgi/index.aspx#home

World Economic Forum, Global Competitiveness Report 2014-2015, (Geneva: Switzerland, 2014).

Définitions

L'Indice de Gini indique dans quelle mesure la répartition du revenu ou de la consommation entre les individus ou les ménages d'un pays s'écarte de l'égalité parfaite. Ainsi, un indice de Gini de 0 représente une égalité parfaite, tandis qu'un indice de 100 correspond à une inégalité parfait.

Le ratio de dépendance est le rapport entre les personnes à charge (les jeunes de moins de 15 ans ou les personnes de plus de 64 ans) et la population en âge de travailler (les personnes âgées de 15 à 64 ans). Bien que l'expérience de chaque pays soit différente, les pays qui ont récolté un dividende démographique ont généralement un ratio de dépendance de moins de 50 personnes à charge pour 100 adultes en âge de travailler.

Les indicateurs mondiaux de la gouvernance sont mesurés sur une échelle de -2,5 à +2,5. Plus la note s'approche de 2,5, plus la gouvernance est forte. L'efficacité des pouvoirs publics est un indicateur composite de la gouvernance avec des données provenant de sources multiples. La stabilité et l'absence de violence politique/de terrorisme est un indicateur composite de la gouvernance avec des données provenant de sources multiples. Plus d'informations sur la méthodologie sont disponibles à : http://info.worldbank.org/governance/wgi/index.aspx#home

L'Indice de compétitivité mondiale définit la compétitivité comme l'ensemble des institutions, des politiques et des facteurs qui déterminent le niveau de productivité d'un pays. Le niveau de la productivité, à son tour, détermine le niveau de prospérité dont peut bénéficier une économie. Les différents aspects de la compétitivité sont classés en 12 piliers, allant du pouvoir institutionnel à la taille du marché. http://reports.weforum.org/global-competitiveness-report-2014-2015/